Histoire de Moon-sur-Elle

LE PREMIER « MOONAIS » CONNU A CE JOUR

  • La carrière d’argile, sise route d’Airel, a livré les restes d’un reptile dinosaurien – soit une dent, 35 vertèbres, des fragments d’os – qui appartenaient à un dinosaurien ayant vécu à l’époque des grands reptiles, sous un climat tropical. Ce carnivore, dont le corps flottait dans une zone d’estuaire, aux dents crènelées coupantes, se nourrissait de poissons.
  • Un spécimen fut aussi retrouvé en Allemagne et des empreintes furent découvertes en Vendée pour cette espèce. dinosaure

MOON SUR ELLE « UN VILLAGE GAULOIS »

  • L’histoire était belle. Au XIVe siècle, aux débuts de la guerre de Cent ans, les Anglais débarquèrent à Barfleur, traversèrent la Normandie, la pillèrent, Saint-Lô fut prise le 22 juillet 1346. Un capitaine anglais avait établi son camp au bord de l’Elle et fut charmé par la vallée, une nuit de clair de lune. Il appela le lieu : Moon sur Elle (la lune sur Elle). Cette histoire n’est que légende, car le nom de Moon sur Elle était déjà attesté au XIIIe siècle et il faut prononcer Mon sur Elle (et non Moun sur Elle).

  • L’hypothèse la plus vraisemblable avancée par les historiens (1) serait une origine gauloise : Magodunum ou Mogodunum qui signifierait : champ, agglomération, ou marché (magos) + hauteur ( dunon). Ce nom serait à rapprocher de Moing (Loire), Mehun sur Yévre (Cher), Meung sur Loire (Loiret), Mouen (Calvados), Mauzun (Puy de Dôme), Moings (Charente Maritime), Mohon (Ardennes). Ainsi les Moon, Mohon, Bohon, Moyon, Beslon, auraient une origine gauloise. La prononciation de Moon s’est simplifiée (Mon) mais la graphie n’a pas évolué, les traits archaïques se sont perpétués : Môon puis Moon. village-gaulois

  • Reste à imaginer ce village gaulois sur la rive droite de l’Elle, au lieu dit La Croix de Moon, bien exposé au sud, sud-ouest. Ce village devait commander l’entrée de la vallée de l’Elle, en amont les sombres forêts de Cerisy, du bois d’Elle…, en aval les marais du Cotentin. Ces gaulois de Moon étaient peut-être des Unelles, tribus des marais du Cotentin, ou des Bajocasses, tribus du Bessin. D’ailleurs l’une des places fortes des Bajocasses, l’oppidum du Castel, se trouve à quelques kilomètres en amont, sur Cerisy face à la commune de saint Jean de Savigny : place fortifiée servant de refuge lors des périodes de troubles et de guerre. L’Elle, son nom remonterait aux populations antérieures aux gaulois : Al (Ala) qui aurait donné alna en latin (la rivière des aulnes).

    [[ F.Beaurepaire : Les noms des communes et anciennes paroisses de la Manche. (1986)
    R. Lepelley : Dictionnaire étymologique des noms de commune en Normandie. (1993)]]